l’amour, cette catastrophe magnifique

On a le droit de parler de ça ici ?
J’aurais pu choisir un autre jour pour vous parler d’amour, un jour ou tout allé bien dans le meilleur des mondes, mais je n’ai jamais trop vu l’intérêt de parler d’amour quand tout va bien. Quand tout va bien il n’y a rien à dire, ou ce qui pourrait être dit serait trop déprimant pour les personnes qui cherche le prince charmant ; ce serait égoïste, presque méchant, de cracher son bonheur à la gueule de ceux qui le cherche encore … et puis de toute façon quand je suis heureuse ça se voit de la racine de mes cheveux jusqu’au bout de mes doigts de pieds, alors inutile d’en rajouter …

Ah non ce n’est pas parce qu’aujourd’hui n’est pas un jour rose que je vais vous dire que l’amour c’est nul, que c’est une escroquerie et je ne vous conseillerais jamais de ne pas tomber amoureux !
Je suis une fille très raisonnable, je me tiens bien, je ne suis pas addict à la cigarette, je bois peu ou pas en soirée. Je préfère garder le contrôle, mon dieu oui, qu’est ce que c’est important le contrôle ! Mais j’ai deux faiblesses : l’amour, et la bouffe (je dis la bouffe parce que si je ne l’avais pas précisé, j’en connais qui se serait bien foutu de moi)
Ouais l’amour ça a une sacré place dans ma vie bordel, et là aussi, je suis sage, gentille, je fais des concessions et des attentions. Mais sans modération. Pour moi l’amour c’est un point d’ancrage, la personne avec qui vous pouvez tout faire, avec qui tout sera plus important. C’est la maison … tiens d’ailleurs je vous laisse avec cette musique si ça vous dit, elle passe en boucle dans mes oreilles et correspond assez bien à ma situation.

Pourquoi je vous parle de tout ça ? En fait il n’y pas de chute à cet article je vous préviens maintenant, c’est juste un déballage, parce qu’on m’a toujours dis que c’était bien de se confier aux autres, que ça libérait d’un poids (et c’est vrai !) mais quand vous avez l’impression d’avoir un éléphant sur les épaules, c’est pas 50kg qui vont faire la diff on est d’accord. Alors si chaque personne qui  lis tout ça peut m’enlever un peu de ce qui m’oppresse, je prend !
Bon ça soulage mais ça ne résout rien ; la solution, ce serait plutôt de parler à l’éléphant pour lui demander gentiment de descendre de mes épaules et de reprendre sa tranquille petite vie d’éléphant ! mais je dois vous dire quelque chose : même avec des oreilles pareilles, les éléphants, c’est souvent un peu sourd.

L’amour ça commence toujours bien (oui sinon ce serait pas de l’amour) mais bordel vous avez déjà lu ça :
L’amour est une catastrophe magnifique : savoir que l’on fonce dans un mur, et accélérer quand même ; courir à sa perte, le sourire aux lèvres ; attendre avec curiosité le 
moment où cela va foirer. L’amour est la seule déception programmée, le seul malheur prévisible. Et on en redemande.
Ben c’est foutrement vrai. C’est tellement bon, que même si on sait que ça va mal finir, on tombe amoureux, juste pour les premiers instants, et un peu pour la suite, pour cette impression d’être chez soit partout où l’on va, ensemble. Tant que l’on peut, sans raison, voler un baiser, jouer comme un enfant de douze ans, parler d’avenir, faire l’amour, juste boire un café, qui paraîtra délicieux ; vous oublierez même que vous l’avez payé 2€60 (bordel!)

« Il y a des jours avec, et des mois sans »
Je n’ai jamais vu meilleure définition d’un chagrin d’amour ; être amoureux c’est quand même pouvoir vivre au jour le jour sans avoir trop peur de l’avenir ; mais quand il nous lâche ce qui arrive après parait tellement long… Ouais au cas ou vous vous demandiez j’ai jamais réussi à me lasser de quelqu’un, c’était toujours moi le bout d’chiffon qui fini sur le trottoir, tout gris, franchement usé. abandonné.
J’envie les filles qui ont cette force de prendre et de jeter, sans trop s’attacher, sans passer des jours, des mois à s’en remettre. J’ai appris des choses depuis mon premier amour, bien sur, on en apprend tout les jours, mais ça je cherche encore.

Si j’ai compris que l’amour comme la vie n’étais pas toujours rose, je pense aussi que c’est une bataille de chaque instant ; mais à deux contre le monde soyons clair, et non pas l’un contre l’autre. Mais c’est compliqué, il faut savoir donner de soit, sans non plus s’abandonner pour ne pas finir comme le chiffon de tout à l’heure, sur le trottoir vous savez. Et il faut que ça marche dans les deux sens ; puis si quelqu’un pense que votre amour est un acquis, bordel dégagez le. L’amour ça s’entretient. Ça parait affreusement compliqué tout ce que je décris la, mais je crois que quand on est en amour, tout ça viens tout seul, comme si on avait fait ça toute notre vie…

Il y a un autre truc que je n’ai pas appris, et peut-être qu’il n’y a tout simplement pas de règle. Gérer les disputes ; qu’est ce que l’on fait dans ces cas là ? est ce qu’il faut mettre notre colère sous un mouchoir et montrer patte blanche ? ou justement être fort et ne pas céder « par amour » ?
Oui je crois que c’est dangereux de céder pour cette raison, personne ne mérite que vous vous perdiez en chemin, vous et vos intérêts. Je ne connais pas le juste milieu de ce problème. Je sais juste que j’ai toujours été gentille, que j’ai souvent mis de côté mes propres intérêts pour l’autre, et tout ce que ça m’a apporté c’est, certes des relations longues, mais où j’ai été cocu allègrement, et où j’ai fini comme le chiffon (enfin vous avez saisi l’idée) Alors la faiblesse ne mène à rien.
Et puis quand ce n’est pas des tromperies ce sont des mensonges. Ouais je pense qu’il faut en parler de la non-honnêteté maladive de la gente masculine. Tellement obsédés par leur liberté qu’ils pensent que la moindre concession signifierait porter des chaines jusqu’à la fin de leur jours. Les gars, on donne de nous, vous donnez de vous, y a pas de chaines, pas de pièges.

Enfin, en attendant que mon éléphant décide de jouer le jeu avec moi, je vais continuer à me forcer à faire ma petite vie, (ah oui vous avez remarqué ça aussi ? jamais les mecs auront de problèmes pour se lever le matin si vous ne leur envoyait pas de message pendant trois jours ! non la j’appelle pas ça de la force mais de l’insensibilité, c’est mauvais signe moi je dis) je me suis préparé de supers sandwichs pour ce midi (la bouffe, ma vie) et je compte sur mes copines pour me montrer tout ce qu’il y a de beau à voir, pour ne pas avoir l’impression de prendre l’eau, au bord du trottoir …

Cet article sera surement modifié, arrangé, effacé, rallongé au fil des heures qui suivent, car je l’ai écris à chaud, mais je vous remercie de m’avoir lu jusque là.10933260_10205528163393655_15307365_n

 

 

 

Je voudrais que tu me consoles. Tu viens chez moi ? N'oublies pas d'amener tes deux bras, j'ai l'intention de dormir au milieu. Au fait, je t'aime
Publicités

19 réflexions sur “l’amour, cette catastrophe magnifique

  1. Waw quel poste je me ss retrouvée ds presque chaque mot, pensée, … À force detre trop bonne ( gentille hein ) on finit par passé pr conne sauf qu’on ne l’est pas ns c juste par principe qu’oń cede un peu… Jte propose de le laisser ma belle ce post … Perso jen ai rédiger tt plein et jarrive pas à publier… Jefface à chaque fois et jte salue pr ton courage lol 😘

  2. Oh ma Giulia 😦 En voyait sur Twitter je demandais ce que tu pouvais avoir mais maintenant je comprends mieux. Je trouve ça très bien que tu ais écrit cet article, le blog est un moyen d’exprimer tes pensées et si tu as besoin d’extérioriser tout ça c’est bon pour toi de le faire. En tout cas je te suis dans tes arguments.
    J’espère que je vais pouvoir faire partie de ces personnes qui vont te retirer du poids en lisant cet article ❤

    Je te fais plein de bisouilles, je t'adore fort, Noémie ❤

    1. Merci pour ton gentil message ma jolie Noémie
      Ça m’a un peu aidé oui, et de voir tout vos retours si gentil ça me met un peu de beaume au coeur…
      Pleins de bisous. Merci encore 💕

  3. Ma très chère marraine Birchbox,
    Je vois que tu es vraiment pas bien d’après ce poste, ça m’attriste ! On n’a jamais vraiment parlé toi et moi mais je lis souvent ton blog et je l’apprécie beaucoup.
    Je suis triste que tu sois dans cet état d’esprit-là, mais tu dis au début de ton poste que tu « n’as jamais trop vu l’intérêt de parler d’amour quand tout va bien », mais je ne suis pas d’accord avec toi, si l’amour est une catastrophe magnifique, si l’amour est le plus vicieux des assassins, je pense qu’il est aussi le plus douillets des lits, le plus délicieux des chocolats chauds, le plus réconfortant des clapotis. Parler des choses qui se passent bien, et les mettre à l’écrit, ça permet aussi de se donner une version de nos souvenirs. Dans 20 ans, tu pourras te dire, en relisant les bons moments passés que « j’étais bien, il m’a rendue bien, il m’a donné envie d’être bien, et c’est tout ce qui a importé ».

    Je ne vais pas te parler d’expérience ou te balancer des phrases de fausses mûres en la matières telles que « en amour, il faut aussi de l’expérience, tu es jeune patatipatata » parce que déjà c’est pas vraiment ce que tu veux lire (me trompé-je ?) et en plus et surtout, c’est faux. On ne s’habitue pas à une blessure amoureuse, l’expérience n’a rien à voir avec ça. Mais dis toi que demain, le mois prochain, l’année prochaine, un jour prochain tout du moins, tu en connaîtras un autre, un amour tout neuf, auquel tu croiras, auquel tu t’attacheras et que l’amour que tu as perdu n’auras fait que rendre le suivant plus complet, plus beau. Vis cette blessure comme une marche dans un escalier et non pas comme une chute libre. Et je sais que c’est plus facile à dire qu’à faire, mais le temps panse bien des plaies, et l’entourage aide beaucoup.

    C’est pour ça, tes amies, tes lectrices, ta familles, tes proches et moins proches, ils sont là, je suis là, si tu as besoin de parler. Mais n’oublie pas de relater les bons souvenirs, non pas par envie de revivre un truc qui est fini, mais pour te tracer une histoire, celle que tu ne voudras jamais oublier.

    Je t’embrasse,

    Célia.

    1. Merci énormément pour ton très joli message, je n’oublie en rien les bons moments et ils restent présent autrement que par écris, en photos, en souvenirs, ..
      Je n’ai pas encore perdu cet amour là, je ne sais simplement pas comment réagir, que faire. Et si vraiment c’est le mieux pour moi de m’accrocher encore, enfin même si ce n’est pas le cas je ne sais pas si je suis vraiment capable de lâcher prise… Et ça aussi ça m’attriste, cette peur. Si jamais cette histoire devais arriver à termes dans un futur proche, j’aurais aimé pouvoir le prendre avec maturité et sérénité, ne pas avoir le souffle coupé l’envie de rien et l’impression de perdre un bout de moi parce que je trouve ça affreusement faible et ça me donne une image de moi que j’aimerais effacé et ne jamais plus être.
      Je vais faire de mon mieux simplement pour continuer à avancer mais je ne te cache pas que j’ai peur, et pas envie bien sur d’avancer sans lui. C’est comme un accident, les séquelles les dommages physique et moraux tout ça… Je n’ai pas envie de les emporter avec moi. J’ai simplement envie, et c’est humain, que la vue continu comme je l’aimais il y peu.
      Encore merci beaucoup, tes paroles sont réconfortante 🙂 pleins de bisous, et à très bientôt !
      PS : si tu me suis sur les réseaux sociaux, tu peux tout à fait venir le parler, ce sera avec plaisir !

  4. Wow, merci beaucoup d’avoir partagé ce long texte avec nous. C’est vrai que tout le monde veut parler de l’amour lorsqu’il est beau, tout nouveau, encore incertain. Je n’ai jamais vu personne aimer parler de l’amour quand il est fini. Ca m’a fait du bien de lire tes lignes, de sentir qu’on est moins seule. Je ne tiens pas à déballer toute ma vie et mes sentiments ici mais je voulais te remercier, c’est courageux de t’exprimer comme ça sur WordPress.
    xx

    1. Oh j’aurais préféré ne jamais avoir besoin d’écrire cet article crois moi, et je crois que ce qui est le pire, encore pire que la fin, oui, c’est l’incertitude. C’est ça qui me ronge et qui m’a poussé à écrire.
      Merci, même si vraiment je ne me sens pas le moins du monde courageuse ❤

  5. Bravo d’avoir rédigé et posté cet article, qui est d’ailleurs vraiment beau et authentique !
    Pratiquement toutes les filles vont passer par cette étape de l’éléphant ou vont, donc merci d’avoir partagé ta douloureuse expérience. La phrase « Ce qui ne me tue pas me rend plus fort. » (qui est un peu ridicule) s’applique bien à toi, je t’encourage de tout cœur, même si tu es très courageuse.
    https://fashionissempiternal.wordpress.com/
    Bisous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s